• Kousmine

    Je reproduis ici les passages des livres du Dr Kousmine que je trouve les plus intéressants.

    Livre : Sauvez votre corps!

    Sixième partie : Le cancéreux et son traitement

    3. Exemples de cas traités
    Cas 63. M. 1924 (32 ans). Colite récidivante, puis séminome

    Une des causes de la boulimie est la recherche instinctive et vaine de facteurs vitaux dans une nourriture qui n’en contient pas!

    En résumé : dès 22 ans, mauvaise résistance aux infections banales. Pendant onze ans, troubles digestifs réfractaires aux traitements diététiques et désinfectants habituels. Normalisation en quatre ans par une alimentation équilibrée et un apport abondant de vitamines. A chaque crise de diarrhée, passage toxi-infectieux dans le torrent circulatoire provoquant de la polyarthrite. De 45 à 48 ans, santé parfaite. A 49 ans, stress émotif violent et prolongé: apparition d’un cancer testiculaire à croissance rapide, cela malgré une alimentation correcte. Opération, radiothérapie, apport abondant de vitamines. Le stress ayant disparu, il guérit et vit en bonne santé treize ans plus tard.

    Il est bien connu que chaque fois que nous sommes soumis à une tension nerveuse excessive, que “nous nous faisons de la bile” selon l’expression de la sagesse populaire, nous digérons mal. Dans ces conditions s’installe dans notre tube digestif une flore anormale. Un état d’angoisse entraîne en outre dans les viscères abdominaux une dilatation des petits vaisseaux, ce qui augmente la porosité de la paroi intestinale et de ce fait le passage du contenu toxi-infectieux de l’intestin dans le sang. Si la capacité désintoxicante du foie est débordée, les conditions d’apparition soit d’une polyarthrite, soit d’une tumeur maligne sont remplies. Antérieurement mon malade avait choisi la réaction polyarthritique, cette fois il construit une tumeur maligne. Il aurait probablement pu échapper à cet enchaînement de phénomènes si, pendant la période de vie affectivement si difficile, il avait été d’une grande frugalité, s’il avait intercalé des jours de jeûne, et renoncé temporairement à la consommation de viandes dont les résidus non digérés sont particulièrement toxiques.

    Cas 67. M. 1922 (49 ans). Agriculteur, corpulent

    En résumé : ce malade peu discipliné a été atteint d’un cancer gravissime du côlon qui récidive après vingt mois. Métastases hépatiques et cutanées. A la suite d’un deuil, il abandonne le régime, devient obèse, hypertendu, hyperglycémique, hyperuricémique. Coxarthrose bilatérale. Deux infarctus du myocarde. Cancer de la vessie. Dès 1984, aidé par une cancéreuse avec laquelle il cohabite, il reprend l’alimentation saine, maigrit, normalise sa chimie sanguine et s’équilibre. Il vit en bon état seize ans après la première opération.

    Dans ce cas la combinaison de notre thérapeutique avec une chimiothérapie douce, parfaitement tolérée, a été hautement bénéfique au malade dont, à plusieurs reprises, le sort paraissait inéluctablement scellé.

    Leave a reply